Emballage primaire, secondaire et tertiaire : sachez faire la différence

Connaissez-vous la différence entre emballage primaire, secondaire et tertiaire?

À moins de travailler dans le domaine de l’emballage, vous ne pouvez peut-être pas distinguer un niveau d’emballage d’un autre, et c’est normal.

Si votre entreprise emballe ses produits, il est important de différencier ces types d’emballage, parce que chacun ne convient pas à toutes les sortes de produits. Ils n’ont pas la même fonction et ne sont pas destinés aux mêmes utilisateurs ou consommateurs. Peu importe le type d’emballage en question, il faut trouver un équilibre entre les différents niveaux d’emballage pour conserver et protéger le produit.

Voici donc une brève description de ces trois types d’emballage qui, ensemble, forment généralement la chaîne complète de l’emballage.

L’EMBALLAGE PRIMAIRE

L’emballage primaire, c’est le contenant directement en contact avec le produit, c’est-à-dire ce que l’on nomme une unité de consommation. Cet emballage a pour but de contenir, préserver et protéger le produit fini, particulièrement contre les impuretés. C’est la première couche qui emballe le produit fini, comme le sac de plastique qui contient les céréales de grains entiers ou la boîte de carton qui contient le sac de céréales. Ce type d’emballage est souvent destiné à l’utilisateur ou au consommateur final. Il facilite la manipulation des produits par le consommateur, mais il sert aussi à rendre le produit plus attrayant, en plus de servir de support imprimé qui permet de communiquer de l’information sur le produit au consommateur.

L’EMBALLAGE SECONDAIRE

Cet emballage couvre l’emballage primaire afin de regrouper un certain nombre d’articles pour en faire une unité de vente (UVC). Il facilite la manipulation des petits produits puisqu’ils sont regroupés dans un seul paquet. Ce type d’emballage fournit aussi une protection supplémentaire, afin de conserver l’intégrité de l’emballage primaire. De plus, il peut servir de paquet d’expédition pour des envois en petite quantité, ce qui est particulièrement adapté au commerce en ligne. L’emballage secondaire constitue très souvent un amalgame de composantes (boîte, coussin, séparateur, renfort, sac, papier, etc.). Il peut également être personnalisé pour rendre le produit plus facilement repérable lorsqu’il est entreposé. Par exemple, dans le cas des céréales, l’emballage secondaire serait la boîte de carton ondulé qui contient un ensemble de boîtes de céréales.  

L’EMBALLAGE TERTIAIRE

Souvent appelé emballage de manutention ou de transport, celui-ci permet de regrouper de grandes quantités de produits et de les transporter d’un point A (ex. : usine) à un point B (ex. : point de vente). À cette étape, il est question d’unité de distribution. Ce type d’emballage aide à transporter des charges volumineuses et lourdes afin de les livrer en toute sécurité. Il facilite donc la manutention, le stockage et le transport des marchandises, en plus d’éviter des dommages. Un exemple d’emballage tertiaire est une palette recouverte de pellicule étirable qui regroupe plusieurs boîtes de carton (emballage secondaire) pour faciliter le transport de la marchandise.

Chez Cartier, nous sommes spécialisés dans l’emballage secondaire et tertiaire. Vous avez des questions ou vous désirez parler de vos défis d’emballage? Communiquez avec nos experts.